Scène crédible d’un film

On commence à monter les escaliers pour sortir de cette boîte clairement médiocre, Canine me lance « Je veux foutre un poing dans la gueule à C » .

Je suis énervée par l’ambiance et les cons. « Non, juste une claque » je réponds. Elle fait demi-tour, je descends les deux marches montées pour mieux voir, elle marche droit vers l’angle du bar où C caquette avec un garçon (impossible de me rappeller son visage) elle serre le poing, et le coup part. En pleine face.

Kermitte crie « cours! » Je monte les escaliers en courant, suivie par Canine et Kermitte, et les cris de menaces de l’homme à côté de C. On sort de la boîte en hâte, on bouscule des gens, et on court, on court.

La nuit, les arcades, et nos pas rapides. Nos cris de guerre mêlés à des rires nerveux. On court vite, je manque de souffle. Je pense que je dois arrêter de fumer.

Canine s’arrête de courir, elle fouille dans son sac, nous rejoint. Je lui dis de continuer à avancer, j’ai peur que l’homme de la boîte nous poursuive. Elle revient sur ses pas, elle avait semé sa veste. Je voudrais qu’elle avance plus vite, mais elle ne semble pas pressée. Elle transpire la violence, et ça me fait rire.

Loin devant, Kermitte marche. Je la vois s’arrêter et parler avec une silhouette. On la rejoint, c’est X.

Hasard. Qu’est ce qu’on fout à cinq heures sur un trottoir au même moment?

Publicités