Ca devient franchement n’importe quoi par ici.

 

Ne meurs pas encore aujourd’hui

Aujourd’hui c’est la saison des poires

Et des longs lacs salés qui sèchent sous les algues

Des mains, de tes paumes assechées

De tes poumons qui crèvent sans baiser

C’est le silence qui fuit, d’hier soir à nous tous

Les pavés grisonnants qui se jettent à nos pieds

Les bêtes, les méchants, les écervelés

 

Ne meurs pas encore aujourd’hui

C’est la saison des poires

Publicités